Faner

, par  bonnal , popularité : 8%

Mon grand-père fauchait parfois les nuits de pleine lune à la faux avec Pierrine son oncle et d’autres amis pour avancer le travail et ne pas souffrir de la chaleur.
Dans la matinée et en début d’après-midi, on allait "retourner" le foin pour le faire sécher .

Puis, on le rassemblait pour le rentrer à la sauméto. Dans une journée de travail, on ne rentrait que sept à huit saumétos ou palhères dans le poà¹pe ou grenier à foin.
Le regain ou deuxième coupe d’herbe commence dès le mois d’aoà »t pour s’achever en septembre avec l’arre-ardà lh. Il nécessite plus de travail, l’herbe séchant moins bien que le foin.

Le soir, on le rassemblait en andain ou bien s’il était plus sec en meule.
Les meules tenaient le regain à l’abri de l’humidité, on les réalisait en faisant des mats que l’on croisait.
Puis on les buttait : caussadés .
Pour ramasser le regain, les dents des rateaux eths cabilhes étaient plus épaisses pour éviter de perdre des brins.

Une vidéo sur la saoumeto Ribère Debat chez Ramounoulou d’en bas

Navigation