Picos de Europa et Asturies Le loup prédateur en Espagne et AOC Queso de Cabrales

, par  agnouede , popularité : 5%

L’actualité des Picos de Europa sur internet

- Le musée de Gijà³n o๠est déposé le fonds photo de JR Lueje
Facebook et site internet
Des clichés , toujours magnifiques,par exemple el refugio de Ario avant sa construction
Et aussi, du patrimoine immatériel comme des vidéos d’habitants et de leurs vies de labeur

- un excellent site internet sur le pastoralisme à Arenas de Cabrales avec la version Facebook
Avec l’historique des abris, ou Mayadas, des abris sous roches ou des grottes primitives o๠les bergers faisaient et entreposaient leurs fromages Queso de Cabrales (la jeune présidente du "syndicat")

D’autres infos de Louis Dollo sur son site :

- Sur le fromage Queso de Cabrales : mention en 962 !
"el monasterio de Santo Toribio de Liébana en el cartulario del aà±o 962 ya se hace mencià³n del queso y mà¡s tarde en el aà±o 1354 " dice Marilar Fernandez Diaz

- Un livre de Luis Aurelio Gonzà¡les Prieto,sur le Cabrales, avec le Pic Uriellu de son nom asturien, plus connu sous celui de Naranjo de Bulnes.
Edité par le Consejo regulado del Queso de Cabrales et la Fundacion Cabrales, D.L. : AS – 2012/2011 – aec l’aide du Cosrocio del Oriente de Asturias, du Gouvernement autonome de la principauté des Asturies, du Ministère espagnol de l’Environnement du Milieu Rural et de la Marine, et des programmes européens FEADER et Leader.
Un article sur le livre en espagnol

- et aussi un article de Jaime Izquierdo Vallina sur La conservation des Picos de Europa à partir de la reprise du pastoralsime traditionnel..Introduction et traduction : B. Besche-Commenge

- Ici , aussi de belles photos de la cabane de Toyeyu !! (Ana Alonso Aspron)

- Histoire minière des Picos de Europa, 2001, p.17.

- LA NATURALEZA DEL PAISAJE

- L’adaptacion del hombre a la montana, 2005

- Bibliographie en espagnol

- Et l’incontournable Pastores de los Picos

- à suivre quotidiennement sur Pastores-De-Los-Picos-De-Europa
les vidéos et.ou prédations sont sont victimes les bergers et absolument déniés par l’Etat Espagnol et la presse.
Une grande détresse, mais un esprit combatif...

Le désarroi de l’auteur de la page le 30 mai 2014

"Nous envisageons de quitter publications, journée frustrante est après la journée màªme, ineptie et la négligence de l’Administration, l’intrusion de lifestylers, les meurtres des loups... dix-neuf mois après la création de ce profil, principalement pour nous demander et fais-nous une valeur, fièrement montrer notre travail et la culture, pour enseigner à nos paysages o๠nous sommes partie prenante de votre beauté... il semble que nous entrons dans une spirale qui est répétée maintes et maintes fois, comme une roue de moulin... vous pouvez dire rien que nous n’avons pas dit, la faible participation des agriculteurs, est aussi très décevant, nous considérons ces médias très importants contrecarrer ce courant de l’environnementalisme et Office de la ville, voici le parfait outil pour montrer à tous ceux qui connaissent notre travail et territoire, tous nos efforts et notre mode de vie...
Nous tenons à remercier tous ceux qui ont collaboré à une forme ou une autre que nous avons cherché à défendre le mieux possible ce que nous considérons notre mode de vie.
Sans pasteurs là ou il y aura des paradis. "

Un autre message sur les propositions refusées de l’Etat espagnol aux bergers : des clà´tures, des chiens de garde "mastines" comme nous !!
30 juillet 2014 ·

"Rendent très clair que nous ne voulons pas loups, (incompatible avec la manipulation des bovins dans notre pays) nous ne voulons pas une montagne et remplie de troupeaux ne veut pas le cierres (como serà­a posible cerrar el ganado en nuestros puertos ? ademà¡s hay una mà¡xima)après la nuit vient le jour)...
Si nous voulons pouvoir continuer avec notre gestion traditionnelle, que nos animaux ne sont pas des jouets pour aliments des animaux nuisibles ou toute personne ou entreprise pour divers satellites chacun avec ses priorités, qui suivent ce mur... il sait que la situation ne bouge pas d’un pouce, ont toujours été contre l’utilisation des clà´tures et des dogues, toujours en faveur de l’éradication du loup des zones d’élevage et leur contrà´le subséquent pour empàªcher de nouvelles colonies... peut-àªtre c’est pourquoi de l’Orient des manifestations et des demandes ont été un exemple de lutte et de la défense de nous, de notre culture, notre mode de vie et donc de nos animaux.
Bà‰TAIL OUI LOUPS PAS"

- des pages avec de magnifiques photos de pastoralisme autrefois dans les Asturies

JR Lueje écrivain

Son nouveau site

- les premiers guides des Picos, un article trouvés à Goriz le14/08/2014

http://agonjournal.com/wp-content/uploads/2012/08/4_Villota_88_99_DEFINITIVO.pdf

- uneassociation de montagne près de Gijon

- Un trail : Trail de los pastores de portudera. au départ d’Arenas

Point de septembre 2013

En pré-requis,

  • un article del Périodico de 2008 o๠des bàªtes attaquées présentent des blessures de type loup
  • un article "Le retour du loup affecte les paysages alpins"
    paru dans le monde en juillet 2007 de Nathalie Grynszpan en PDf
  • Le groupe Facebook "Con lobos no hay paraà­so" des Asturies et Picos de Europa
    Leur objectif : “Con lobos no hay paraà­so†es un grupo que surgià³ hace unos meses desde la comunidad de pastores y ganaderos de la vertiente marà­tima de los Picos de Europa y la comarca oriental de Asturias y al que se han unido personas de diferentes zonas, muchas de ellas ajenas profesionalmente a la ganaderà­a, pero preocupadas por la problemà¡tica que genera el lobo. El grupo surge como una llamada de atencià³n para advertir sobre el desastre econà³mico y ecolà³gico generado tras la pérdida de los sistemas de pastoreo de ovino y caprino."

Lancement du mouvement le 21/08/2012 : "Unos trescientos ganaderos se suman al movimiento ’Con lobos no hay paraà­so" ", source El Comercio

D’après Bruno Besche-Commenge, chargé de recherches et porte parole de l’ADDIP,(Association pour le développement de l’identité pyrénéenne) de nouvelles informations et articles publiés en septembre 2013.

  • Les agriculteurs conspuentle Président Fernà¡ndez après qu’il les ait ignorés - 9 septembre 2013
  • Le manifeste des agriculteurs des Asturies : Je veux rester dans mes montagnes 9 septembre 2013, source La Nueva Espana du 11/09/2013
    Traduction Louis Dollo
    "Je veux rester dans mes montagnes
    Chères Asturies,
    Je m’appelle Covadonga, comme la Sainte, et je suis d’un village à cà´té appelé Llerices. Mes parents sont agriculteurs, et mes grands-parents et les grands-parents de mes grands-parents l’étaient eux aussi. J’aimerais moi aussi tenir du bétail, mais tout le monde me dit que c’est impossible et que je devrai quitter le village parce que c’en est fini du pastoralisme /…/
    Mon grand-père dit qu’autrefois nous avions une montagne, mais on nous l’a prise et ils l’ont quittée. Avant, les habitants l’entretenaient pour que le bétail puisse paà®tre sur l’estive. Ils nettoyaient les broussailles et chassaient les loups qui venaient manger le bétail, mais ceux qui nous ont pris la montagne ne nous ont pas laissé continuer à le faire.
    Je ne comprends pas pourquoi eux ne le font pas et ne prennent pas soin de la montagne. Mon grand-père dit qu’avant il n’y avait jamais d’incendie sur la montagne, mais pas davantage de broussailles, parce qu’ils les enlevaient une à une, et maintenant il ya tellement d’ajoncs que dans de nombreux endroits, il ne reste plus d’herbe pour que mangent nos animaux. Et moi je ne peux pas venir avec mon père parce que les ajoncs sont si hauts que vous ne pouvez pas y marcher, c’est plein d’épines.
    Mon grand-père dit que, avant, tout le monde faisait du fromage, et il y avait des milliers de moutons et de chèvres dans l’estive mais les loups en mangeaient tellement que nous avons dà » les abandonner et les remplacer par davantage de vaches. Et voilà que maintenant les loups tuent les vaches aussi. Comme ils sont gros ! Mon père dit que les loups sont protégés, mais je ne comprends pas pourquoi nous ne pouvons pas protéger également les moutons et les chèvres.
    Bon, mais moi je dis que je tiendrai aussi bétail quand j’aurai fini l’école, et resterai dans mon village et mes montagnes, mais tous me disent que ce n’est pas possible "

Juin 2013 : le loup à nouveau.... En Espagne dans le massif Catabrique

"Contrairement à ce qui nous est dit en France, tout le monde dans ce massif,proteste à l’unisson. Les éleveurs et les chasseurs estiment que la mauvaise gestion du loup est en train de détruire le peu de ressources que possèdent les régions défavorisées. Les partisans du loup, au fond de leur bulle protectrice complètement floue sont inconscients du drame qui écrase les familles qui vivent de l’élevage de bovins.Dans cette région, pas de problème avec les ovins, il n’y en a pratiquement plus. Ce sont les bovins et les équins qui subissent jusqu’au jour o๠il n’y en aura plus."

Un diaporama fait par des éleveurs des Asturies en proie aux attaques du loup.

Navigation