Pr

, par  agnouede , popularité : 15%

Le 4 juillet 2016, l’’éleveur, Thierry Lassalle-Carrère, n’a pu que constater sur son estive de Bachebirou qu’il lui manquait 125 brebis (121 adultes et 4 agneaux) sur un troupeau de 309 brebis.

Article après venue du Ministre Baylet le 02/08/2016

"Malgré la surveillance, l’ours attaque nos troupeaux et on arrive à des désastres, avec la mort de centaines de brebis. En lien avec les organismes de l’à‰tat, nous avons tenté de cohabiter avec l’animal. Mais c’est voué à l’échec, ont relaté les éleveurs. Les critères de l’AOP exigent que nos animaux soient en liberté dans les estives. C’est une plus-value pour les éleveurs difficilement compatible avec un prédateur. » Une problématique qui réclame davantage de présence auprès des bàªtes, sans que cela ne freine les installations et les vocations. « En 2015, on a eu 30 % de volume en plus sur l’AOP. Il y a une dynamique. On retrouve les volumes d’avant les crues.(...) Le ministre a félicité les éleveurs pour « le recul dont ils font preuve malgré les drames. La ministre de l’Environnement n’envisage pas de réintroduire d’ours en France. Je m’en félicite ». Le ministre s’est engagé à relayer la parole des éleveurs auprès du nouveau commissaire de massif qui doit àªtre bientà´t nommé. Il a également évoqué la question de l’abattoir, emporté par les crues à Viella. « Il ne faut pas renoncer. Nous serons à vos cà´tés à travers le fonds d’investissement de développement local pour vous aider, qu’il se fasse à Viella ou ailleurs. Mais il serait bon que le dossier soit engagé rapidement… »Â »

Nouvelles banderoles dans la vallée dont l’une édifiante : : "Sauvons l’élevage ! "
Malgré la préoccupation vive , pas d’action coup de poing sur le Tour de France, saluons cette sagesse.

A l’occasion de la cérémonie annuelle de la Junte de Roncal - 13 juillet 2016.https://fr.wikipedia.org/wiki/Junte_de_Roncal_(trait%C3%A9) un rassemblement d’éleveurs franà§ais et espagnols s’est organisé pour dire non à l’ours.

Ariège dans le Couseran.
Selon nos infos de ce soir 13/07/2016 : (Louis Dollo)
Estive de Ustou 21brebis tuées
Estive de Fonta il attaque presque chaque soir
Estive du Trapech à cà´té de Castillon 21 brebis il y a 3 semaines

L’ours espagnol dans le Louron- 21/07/2016 .

- La commission d’indemnisation des dégà¢ts d’ours du Parc national des Pyrénées,19 juillet 2016
L’éleveur d’Esquièze-Sère (65) qui a perdu 125 brebis dans un dérochement début juillet sera indemnisé, màªme si la responsabilité de l’ours n’est pas établie. (...) Les autres bàªtes sont tombées dans un secteur de la vallée du Barada, difficilement accessible à pied. Ce qui porte à 132 le nombre de cadavres. (...)
La commission a décidé d’indemniser la totalité des dégà¢ts liés à ce dérochement au bénéfice du doute puisque l’ours était présent sur l’estive au moment des faits. Quatre éleveurs seront ainsi indemnisés pour les 132 brebis qui sont mortes lors de ce dérochement pour un montant de 31 492,00 €". source F3

Interview de Marie-Lise Brouielh

Après de nombreuses recherches avec l’aide des gardes du Parc National et grà¢ce aux vautours, des cadavres ont pu àªtre repérés dans un lieu difficilement accessible de la vallée du Barada. Dans la matinée, l’hélicoptère de la Gendarmerie devrait se joindre aux recherches et tenter de déterminer le nombre de brebis mortes et éventuellement s’il reste des vivantes.
Louis Dollo

"L’estive de Bachebirou est bien située en "zone à ours". Selon nos informations, les ours Cannelito et Néré ont été repérés ces dernières semaines sur ce secteur mais une enquàªte est en cours pour déterminer leur éventuelle responsabilité".France 3 Sud

Communiqué des JA 65 - Pyrénées - Mobilisation Syndicale Ours - Mardi 5 juillet 2016 à 8h45 au Forum à Luz

Une mobilisation sur l’actualité ours aura lieu demain matin au Pays Toy. Ce week-end c’est la goutte d’eau a fait déborder le vase : le troupeau de Thierry LASSALLE-CARRERE, Jeune Agriculteur du Canton de Luz-St-Sauveur a subi des attaques d’ours avec un grand nombre de brebis retrouvées mortes. Demain matin se réunit à Luz-St-Sauveur, le Conseil d’Administration du Parc National et à cette occasion une action syndicale est prévue au Pays Toy. Rdv demain, mardi 5 juillet à 8h45 au forum (à cà´té du stade) de Luz-St-Sauveur pour faire pression sur les représentants qui siègent au CA du Parc National. Les agriculteurs souhaitent exprimer encore une fois le ras-le-bol des éleveurs transhumants face aux problèmes qu’ils subissent avec l’ours.

En espérant pour compter encore une fois parmi nous pour relayer largement ce message

Si besoin de plus d’information, n’hésitez pas à contacter Mathieu CUMIA, Président de Canton Jeunes Agriculteurs de Luz-Saint-Sauveur

Mardi 5 juillet 2016, 8h45, au Forum de Luz

Ce mardi matin environ 200 éleveurs ont donc décidé de manifester devant le Parc National des Pyrénées de Luz St Sauveur qui doit tenir son conseil d’administration. Des élus du conseil se seraient récemment prononcés pour la réintroduction de l’ours.
Une délégation d’éleveurs était reà§ue ce mardi matin par la sous préfète des Hautes-Pyrénées.

Mardi 5 juillet 2016, fin de journée : la responsabilité de l’ours reconnue

Les constats ont été signés hier en fin d’après-midi. Compte tenu de l’ampleur du sinistre, une méthodologie d’évaluation des dégà¢ts différente de celle de quelques brebis s’applique. Une CIDO (Commission d’Indemnisation des Dégà¢ts d’Ours) devrait se réunir rapidement. Selon les premières estimations, les dégà¢ts devraient s’évaluer à plus de 30 000 euros compte tenu des pertes de revenus et de la sélection génétique du troupeau, en tenant compte d’un bilan technique réalisé par la Chambre d’Agriculture l’an dernier.

Petit rappel juridique de l’Article L113-1 du Code Rural que l’Etat n’a jamais appliqué :

« Par leur contribution à la production, à l’emploi, à l’entretien des sols, à la protection des paysages, à la gestion et au développement de la biodiversité, l’agriculture, le pastoralisme et la foràªt de montagne sont reconnus d’intéràªt général comme activités de base de la vie montagnarde et comme gestionnaires centraux de l’espace montagnard.

Rappel juridique

« En conformité avec les dispositions des traités instituant la Communauté économique européenne, le Gouvernement, reconnaissant ces rà´les fondamentaux de l’agriculture, du pastoralisme et de la foràªt de montagne, s’attache à  :…..
« 8° Assurer la pérennité des exploitations agricoles et le maintien du pastoralisme, en particulier en protégeant les troupeaux des attaques du loup et de l’ours dans les territoires exposés à ce risque.  »

Source : http://www.pyrenees-pireneus.com/Pastoralisme/Droit/Article-L113-1-Code-Rural.html

Navigation