Four à chaux du ruisseau Arioumau.

, par  agnouede , popularité : 7%

En effet, Dusaulx, en 1796, attire lâ ??attention de ses lecteurs sur le four à chaux, situé près du ruisseau Arioumau.

Dusaulx explique :
« Entre la maison de Cabanious et le passage
de l’échelle, ainsi nommé à cause
de la colline escarpée qui n’ offrait autrefois
pour y monter que des roches en
forme d’ échelons, est ce qu’ on appelle
Arioumau, ruisseau mauvais, parce qu’ il
ne cesse de dégrader la cà´te. C’est là que
les habitants de Luz ont un four à chaux ;
et auprès de ce four, une carrière dont
les bords sont recouverts de belles efflorescences
coblatiques rouges, bleues et
violettes. Ils en tirent un marbre mélangé
de noir et de gris, communément employé
dans leur bà¢tisse, surtout pour encadrer
leurs fenàªtres et leurs portes, ce qui est
de goà »t sans àªtre de luxe ; car le marbre,
dans toutes ces vallées, est la sorte de
pierre la plus facile à tailler [â ?¦]. »

Source :
DUSAULX, Jean. Voyage à Barège et dans les Hautes-Pyrénées : fait en 1788.... 1997. Paris : Impr. de Didot jeune, 1796, CHAPITRE XIV T 2, p.63.

En 1798, Saint-Amans souhaite observer la mine et la carrière, il est déà§u...

"Bientà´t je vois la marbrière, près du Riou Mo o๠lâ ??on a trouvé la mine de Nikel. Elle est disposée par filons inclinés qui suivent la direction des couches schisteuses, descendent de la montagne, passent sous le gave, et repartent ensuite sur la rive gauche du torrent. Lâ ??endroit o๠cette mine pourrait àªtre examinée le plus commodément , est enseveli, au grand préjudice des curieux sous les débris de la carrière. "
P 131

Navigation

Brèves Toutes les brèves