La vétation

, par  agnouede , popularité : 16%

Cet article est à rapprocher de celui dela vétation du bois d’Aroua au-dessus de Chèze dans les "annales" du màªme notaire Maruquette.

Il s’agit ici de légiférer strictement l’interdiction de certains territoires que certains abus tant domestiques que "royaux" ont battu en brèche.

La transcription est sommaire, il faudrait le retravailler...
Le mot "payne" est à traduire par le mot "amende"...

19 octobre 1722 Délibération concernant la vétation des boix de Labatsus

Dans la maison consulaire du lieu de Viella â ?¦les sieurs Laurens Teilh consul du lieu dâ ??Esterre, aussi les sieurs Laurens Couget et â ?¦ dâ ??Armary du lieu, Jean Lapout et Jean Casnabet consul du lieu de Viella, aussi de J Augaillard du mm lieu, Fortanié Mimyolle consul du lieu de Betpouey aussi Jean Marchand du mm lieu, Guilhem Casau et Piette Laborde consuls du lieu de Viey assistés de Jean Trepadé du lieu Thomas Penet consuls du lieu de Sertz ainsi que de Mathieu dâ ??arrieu du dit â ?¦ et Bernard de Jeantoy consul de St Martin aussi de Pierre Nogué du lieu composant la plus nombreuse partie des sieurs consuls qui composent les six communautés du vic de Labatsus et les sieurs acceptant ayant té nommés par les dites comm et en chaque lieu pour à« tre joints et délibérer tous ensemble en la forme ordonnée â ?¦.
Par le dit sieur Teilh premier consul du dit Esterre présidant la dite assemblée a été représenté quâ ??il serait à propos de ne faire véter (quâ ??une ) partie de leurs boix et que le dit vic a en sa propriété pour y recouvrir pour lâ ??entretien des maisons et granges des hab que pour lâ ??assurer du boix pour leur chauffage en partie entièrement pour assurer les baings des eaux minérales qui sont au dit territoire pour les maisons que les hab possèdent qui sont en danger dâ ??àªtre emportées par les lavanges et esbolements qui y sont â ?¦et qui adviendront par la dégradation des bois en ayant jusque là abusé par la coupe indiscrète des hab du ter et ont fait au mépris des défenses qui en ont été â ?¦faites .Et â ?¦. par monseigneur et intendant en que les dits bois dépérissent encore par lâ ??introduction des bàªtes des hab et font du foin pour le pacage et broutance et la bastisse et parapets que la majesté y a fait faire construire les arbres naissantsâ ?¦. Impossible de fournir au chauffage des hab et de ceux qui prennent les eaux â ?¦étant vu le climat froid et rigoureux et quâ ??il sera encore difficile dâ ??en trouver pour bà¢tir et pour réparer les dommages des lavanges , vent et esboulements produits et que les incendies pourront sâ ??y faire si on ne â ?¦puissent incessamment les dangers pour une vétation tant de la coupe que de lâ ??entrée des bestiaux, des arbres gros et petits qui sont â ?¦.
Ceci pourquoi les délibérants ayant mà »rement réfléchi sur la proposition du sieur Teilh consul la trouvant utile et nécessaire pour entériner les « commandements  » proposés et pour trouver une ressource pour leurs maisons et leurs granges dans les dites comm. Et pour conserver les bains des eaux minérales et maisons qui st au dit terr ont délibéré et formellement déclaré pour le bien public de défendre à la â ?¦ la coupe et tt sorte dâ ??arbres de quelle espèce que ce soit â ?¦, et .. des bestiaux en partie des terr et bois ci après nommés les limites et les ponts qui sont bà¢tis sur les chantiers royaux .

En premier lieu, les sieurs consuls ont délibéré et font la vétation du bois depuis lâ ??endroit appellé le barrancou de Moré du lieu de Viey habitant près des baints jusquâ ?? au ruisseau de Lhenz , comme aussi depuis le chemin du bogues en bas , qui bise les tandares ? des baints et maisons qui sont au alentours des baints, jusque au mm ruisseau de Lhens et ruisseau de Moré quelques endroits vetés ne pourront ne faire aucune coupe dâ ??arbres â ?¦ni de quelle nature qq aucun prétexte que ce soit dâ ??introduire aucune sorte de bétail soit à grosse corne de poil ni â ?¦ ss la payne de 13 livres 10 sols à chaque contravention, et paie chaque fois quâ ??ils consentiront à les faire pacager dans les limites des lieux vetés. De plus font pareille vétation et ss la mm payne si lâ ??on coupe les arbres vertsâ ?¦. Nâ ??y introduire aucune sorte de bestiaux comme depuis lâ ??autre territoire vers le septentrion depuis le sarrou de la birade de Hougarole jusquâ ??a u ruisseau ou barrancou de la taillade sous la dite pene, nâ ??entendant exclure les passages des bestiaux et des betes de bas qui les dits habitants pourront amener et ramener aux montagnes par les chemins accoutumes sans en abuser ni sâ ??arreter dans lâ ??étendue du dit bois vétés ss pareille payne, Encore ont vétés pareillement le bois â ?¦.. qui sont au territoire de Lhà¡s et ce depuis la lat broroin ? Jusquâ ??au ruisseau dâ ??arrieu mayou puis depuis le chemin de Laur ne comprenant en la dite vétation les arriadés et les granges qui resteront libres. Et finalement la vétation des bois verts et de tt espèce sont les pins, les sapins qui sont depuis lâ ??endroit appellé Castet dâ ??Ayré droit au sommet dâ ??Ayré et de là en droite ligne au s ommet de la Pène de la Méiritz et de là en allant au cap de Comelibe du sarrat Et continuant jusque au sommet dâ ??aiguecluze ss pareille payne de trente livres 10 sols contre chaque contrevenant , lesquelles paynes seront livrées par les sieurs consuls des commmâ ?¦.nâ ??empàªchant pas les sieurs délibérant que les hab des dits comm ne puissent pacager leurs bestiaux aux dits terr de Beo cour arrieu Mayo dans les endroits de Castet dâ ??airé Lapene et autres endoits attenants en exclusions des endoits mentionnés de Lhens, Bouguier, Hougarole c i-dessus limites â ?¦."


Commentaires :

On peut citer Ramond de Carbonnières à propos du pacage de Pène des Méirites

« Nous gagnà¢mes le pied du Pène des meirites que je voulais observerâ ?¦Nous traversà¢mes une large lave de débris, une peyrade devenue dangereuseâ ?¦Cette peyrage dont lâ ??origine est lâ ??écroulement dâ ??une face du pàªne enferme dâ ??un coté un petit pà¢turage situé au pied màªme de son escarpement antérieur, et ce petit pà¢turage bordé de toutes parts ou par ces monts ou par ces amas de décombres que le bétail ne peut franchir, ou par des précipices au bord desquels il sâ ??arràªte, est le lieu o๠les bergers voisins retirent leurs veaux le soir en les conduisant par un sentier difficile dont ils ferment la sortie par une pierre, on nomme ce lieu Bidéré de Cauà« de Crabe .  »

Pour prolonger le travail sur les toponymes, on peut fait allusion aux aléas modernes des installations au sommet de l’Ayré...

Sources :
Archives Départementales des Hautes-Pyrénées. 3E14 Maruquette
RAMOND DE CARBONNIERES. Carnets pyrénéens (1792-1795) II. Lourdes : Editions de lâ ??Echauguette, Chà¢teau-fort de Lourdes, p. 90.

Navigation

Brèves Toutes les brèves