La transhumance fin mai 2007

, par  agnouede , popularité : 4%

Spécialement venus depuis le Tarn, nous passons la journée du samedi de Pentecà´te à jouer à la belote : il pleut des cordes.
Le lendemain, dimanche, à sept heures du matin dans la brume, nous montons à la Hougarouze.

Hougarouze

Nous appellons nos chères brebis qui apparaissent dans la brume par petits groupes. L’atmosphère s’éclaircit : les Piques de l’Aze sont au soleil, mais, pour nous peu de lumière filtre.

Bon, comptons le troupeau, difficile, le terrain ne s’y pràªte pas.
De nombreux agneaux sont nés récemment, nouvelle fantaisie de Jean en fin de carrière....
Plus de contrà´le des naissances en 2007.
Les cloches sont toutes au rendez-vous. Au coueyla de Oeyls, pas de brebis, nous entamons la descente dans la canau dets sarries....

Au plateau d’Arméntiu, nous nous arràªtons, recomptons, oui il manque une brebis noire, l’agneau d’une brebis portant une cloche...
Arméntiu

Bon, allez finissons la descente jusqu’à la maison.
Peyralade

Une demi-heure, après, coup de fil de notre transporteur qui depuis les Astès a entendu les cloches et notre arrivée, nous décidons de descendre le soir à Saint-Sauveur pour charger le troupeau dans le camion.
Il est loin le temps de la transhumance à pied : trop de voitures filant à toute vitesse, trop dangereux...

Le soir, il pleut des cordes, le camion est gàªné dans ses manoeuvres par un autre véhicule...

Nous arrivons à Gavarnie, il neige.
Jean accompagne quelque peu le troupeau avec son jeune chiot colley : l’apprentissage : mission accomplie, il est 20H30....

Gavarnie

Navigation